La billetterie internet sera accessible dès le 5 décembre.
La présentation de saison aura lieu le 16 décembre 2019 à 19 heures au nouveau conservatoire du 14ème

25 au 29 février 2020

Baldwin / Avedon :
Entretiens imaginaires

mise en scène Élise Vigier
texte Kevin Keiss et Élise Vigier
librement inspirés d'interviews et d'essais
avec Martial di Fonzo Bo et Jean-Christophe Folly
 
Image

Le projet

Horaires 20h / jeudi 19h / samedi 16h
 
Production Comédie de Caen-CDN de Normandie

Photo Vladimir Vasilev

Spectacle créé le 23 mai 2019 à la Comédie de Caen-CDN de Normandie hors les murs Salle Robert Métairie / Thury-Harcourt

« Après tout, les photos parlent vraiment de ce qu’est fondamentalement la vie, un tissu de contradictions et d’énigmes non résolues. Même la mort ne met pas fin à l’histoire. »

Nothing Personal de James Baldwin et Richard Avedon est un ouvrage-dialogue entre deux amis qui ne parlent pas la même langue artistique : l’un est auteur et l’autre photographe. Si on les résument à leur fiche d’état civil : l’un est noir et homosexuel, l’autre blanc et juif. Tous deux sont américains, et portent sur les États-Unis un regard qui n’élude pas la douleur, un regard amoureux, d’une clairvoyante lucidité.

Lire la suite
James Baldwin décrit infatigablement les maux d’un pays rendu fou par sa propre histoire : la co-existence de l’extermination des indiens et de l’esclavage tout en s’auto-revendiquant pays de la liberté. Richard Avedon, après avoir été le photographe des stars et des tops modèles, décide de photographier les corps des américains. Leur nudité. Les corps ne mentent pas. Ils sont éloquents sans les mots. Leurs faiblesses et leurs secrets décrivent sensiblement les histoires minuscules de la Grande Histoire impérialiste américaine. Baldwin et Avedon ont en commun une extrême délicatesse et une sensibilité rare mais surtout une grande tendresse, une sensualité électrique dans l’autopsie d’un pays en crise identitaire. Ils ont l’obsession d’une responsabilité envers les générations postérieures en étant des témoins, des passeurs. Quel monde laisserons-nous aux enfants, à ceux qui viendront après nous ? Et quand ils chercheront des réponses dans les obscurités qui seront les leurs, vers quoi pourront-ils se retourner pour chercher des réponses ? Durant les années de la création de Harlem Quartet, nous avons — la metteuse en scène Élise Vigier et l’auteur/traducteur Kevin Keiss — nous aussi entamé un dialogue, comme autant de routes de traverses pour parler de l’identité, de nos identités complexes, troubles, éclatées, fragiles. Une totale immersion dans l’œuvre et la réflexion politique humaniste de Baldwin. Des constellations de livres, de films : les images vibrantes de Jonas Mekas. La Forêt d’Appelfeld et ses « tâches de mémoires ». La façon dont le rire est toujours présent dans la tragédie. Comment, au travers des photographies, les événements politiques et l’intime se tissent-ils?  Quelles images s’effacent et quelles images restent?  Faire dialoguer Baldwin et Avedon par ce qu’on sait d’eux — les multiples interviews qu’ils ont laissé — mais aussi troubler le réel en superposant à leurs voix, les nôtres, nos voix en même temps que celles des deux acteurs : Marcial Di Fonzo Bo et Jean-Christophe Folly. Se dessine dès lors une carte de l’intime et du politique : quelque part entre Harlem et Barbès, la Normandie, Buenos Aires et le Togo. Entre les États-Unis en 1964, et nos enfances des années 70, et 80 - et la France d’ici, celle dans laquelle nous vivons aujourd’hui. Car à travers Baldwin et Avedon, c’est le rapport à nos origines sans origine qui s’impose et la façon dont nos obsessions artistiques sont les témoins du monde que nous aussi nous laisserons.

Élise Vigier et Kevin Keiss
Ecriture et m.e.s.

Texte
Kevin Keiss et Élise Vigier

Mise en scène
Élise Vigier

Elise VigierMetteure en scène

Biographie

Comédienne et metteur en scène Elise Vigier a suivi la formation de l’École du Théâtre National de Bretagne.
En 1994, elle crée avec les élèves de sa promotion Les Lucioles, un collectif d’acteurs. Depuis 2015, elle est artiste associée à la direction de la Comédie de Caen – CDN de Normandie et à partir de 2016, et artiste associée à la Maison des Arts de Créteil.
Elle co-met en scène plusieurs spectacles avec Marcial Di Fonzo Bo, notamment des pièces de Copi, Rafaël Spregelburd, Martin Crimp, Petr Zelenka
Lire la suite
Avec Frédérique Loliée, elle joue et met en scène en duo  l’écriture de Leslie Kaplan, « Déplace le ciel » et « Louise, elle est folle », « Toute ma vie j’ai été une femme ».
Comme actrice, elle joue principalement dans des mises en scène de Marcial Di Fonzo Bo, Pierre Maillet, Bruno Geslin, Brigitte Seth et Roser Montlló Guberna.
Dans le cadre d’un projet européen, elle réalise un documentaire Les femmes, la ville, la folie 1. Paris. Elle co-réalise également, avec Bruno Geslin, un moyen métrage La mort d’une voiture et écrit , avec Lucia Sanchez et Frédérique Loliée, à la réalisation de films courts intitulés « Let’s Go» dans lesquels elles jouent également. Elle a mis en scène Harlem Quartet d’après le roman  Just Above My Head de l’auteur américain James Baldwin créé à la MAC de Créteil à l’automne 2017.
Et M… comme Méliès en co-mise en scène avec Marcial Di Fonzo Bo en janvier 18 à la Comédie de Caen.
Et Kafka dans les villes en co-mise en scène avec Frédérique Loliée et la collaboration de Gaetan Levêque pour le cirque dans le cadre de Spring en Mars 18 sur une composition de Philippe Hersant pour l’Ensemble Sequenza 9.3 à partir de Premier Chagrin de Franz Kafka. En 2020 elle créera Le Royaume des animaux de Roland Schimmelpfenning avec Marcial Di Fonzo Bo à la Comédie de Caen.
Image
Image